Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 01:24

2336767637 1

 

Les antres en liesse des mécaniques célestes ignées,

Dans les dédales du temps et de l'infinité des mondes,

Ont réveillé en nous les douces mélancolies de l'été,

Afin d'assagir nos âmes moribondes en proie à l'immonde . 

 

Je n'étais qu'un passager clandestin des temps de la faim,

Parcourant le monde magique de l'éternelle folie en furie,

Cherchant, dans les cités de fer des planètes sans fin,

Les couleurs du ciel illuminant les tempes des magiciens de la vie.

 

Je voyais dans les crevasses des espaces abscons,

Les difficultés en éveil des mondes en sommeil,

Sous les interstices des béatitudes célestes au diapason

Avec les guerres intestines des hommes perdus dans les veilles.

 

Le chacal des portes de l'occident, où l'ange de l'abîme

Flottait dans les fêlures des infâmes torpeurs de l'ennui,

Affamait les bouches avides d'espérance au-delà des cimes,

Et l'Empire avalait les moutures du vent dans l'en-vie.

 

La Poésie céleste des peintres de l'obscur, dans l'au-delà des vies,

Peignait sur la toile argentée des divinités de l'instant

Des ruisseaux amers plongeant dans les gouffres ravis,

Et l'excellence aristocratique se perdait dans les fers de l'antan.

 

Navigue ! Ô petit homme ! Navigue sous le boisseau de l'esclavage !

Navigue ! Dans les foisonnantes pages de tes destinées glabres !

Navigue ! Sur les eaux de la pestilence morne des ravages !

Navigue ! Ô oiseau de proie ! Dans les cieux de la soumission de marbre !

Navigue ! Ô petit homme ! Navigue sous la férule de tes maîtres en déguisement !

 

Que nous n'eussions point de peur seyait au seigneur de l'empois,

Et nos âmes infertiles crevassaient les lueurs du temps

Fermentant dans le divin râle des bestiales enflures de la foi,

Engendrant les haines immortelles des dentelles de diamant.

 

Le Poète armé de sa lyre de satin dans les couloirs symphoniques,

Dans un chant en pleurs plein d'espoir, plein du remous des êtres,

Au frontispice des douleurs éternelles des hommes faméliques,

Gueulait dans la forge des oublis sa haine contre les titans du paraître.

 

Les portes de l'occident affermies dans ses servitudes d'airain

S'ouvraient sur un monde incertain perclus de rancoeurs,

S'enivraient de famines et de violences dans l'étau de l'étain,

Et les esclaves somnambuliques vaguaient dans leurs travaux de la peur.

 

Les portes de l'orient scintillaient de mille feux sous le joug du soleil,

Affalaient les gueux et les mendiants dans les sables ocre de l'enfer,

Guerroyaient dans l'ombre des colonnes armées sous la treille,

Tuaient les passants insomniaques de la vie en jachère.

 

Ô ! Terrible et magnifique monde de l'oubli !

Ô ! Homme de peu de foi tuant les instants de bonheur !

Ô ! Femme enivrant les peaux satinées des amants !

Ô ! Temps obscurs du progrès aliénant !

 

Moi, le non-moi, dans le moi des surmoi au coeur des mois,

Je peins la trame de vos vies au fil de ces pages incarnates,

Traçant la courbure arc-en-ciel et le trait noir de vos émois,

Multipliant les métaphores de l'absurde où dans la fièvre vous criâtes.

 

Les portes de l'occident consomment le temps et l'argent des indigents,

Et aux confins des déserts bleus de la faim éternelle,

Les hommes vêtus de bronze se meurent dans les sables mouvants

Des catacombes de l'occident en proie aux délires d'une guerre gestionnaire démentielle.

 

VANITAS VANITATUM ET OMNIA VANITAS !

 

140.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by PHILIPPE GORON
commenter cet article

commentaires

kisuige 15/04/2011 04:35


Je reviens ici encore.. avec découvertes toujours .. .. Fervente plus en la vie qu'en celle que tu rencontras, ces jours alors .. celui qui te survit est beau tu sais .. ♥♥ ..


Tibicine 20/01/2011 08:35


Bonjour Philippe..Mais dis-moi, te ferais-tu désiré ? En tout cas, j'attends avec une grande soif une nouvelle oeuvre de toi ! J'espère que tu vas bien ami...Fidèlement, Tibicine.


hugues 16/01/2011 22:44


Do you run away Phil...Châteaubriand tu aimés...Château brillant Phil à jamais tu es...all run get away... A mon ami... à jamais


kisuige 15/01/2011 06:59


car l'amour est la valeur suprême ..


chris 10/01/2011 10:37


Dominique,merci ...je sais votre douleur,et combien le depart brutal de Phil a dû affecter et aneantir tous les vôtres...
Sinceres condoleances...
Mes prieres vous accompagnent sur ce chemin de tristesse.
Je suis plutot tres maladroite en ces instants,aussi je vous prie de bien vouloir m'en excuser .
Ma pensée est de coeur et de paix vers vous,et pour tous les votres...

Chris


Philippe Goron

  • : Le blog de Philippe GORON
  • Le blog de Philippe GORON
  • : Mouvement de néantisation a-mystique, et destructuré de l'écriture a-contemporaine, se situant hors de l'espace et du temps en un point nodal de l'âme mécanisée. Apocalypse de la forme, du fond et de l'êtreté. Non une nihilisation, ni un nihilisme post-moderne in situ, mais un nouveau mouvement littéraire trans-personnel , trans-genre, trans-génique, humanoïde chrétien : le NEANTISME, ultime étape du dernier homme avant son effondrement biologique, et sa transformation bio-technologique totale.
  • Contact

Pages